5 juillet 2012

Une AISBL, soumises à la loi comptable du 17 juillet 1975, peut-elle établir des comptes annuels en USD ? Si oui, sur quels fondements ?

 

L’article 24 de l’arrêté royal du 19 décembre 2003 relatif aux obligations comptables et à la publicité des comptes annuels de certaines associations sans but lucratif, associations internationales sans but lucratif et fondations, tel que modifié par l’arrêté royal du 27 mars 2008, prévoit :

 

« Les comptes annuels dont la loi du 27 juin 1921 sur les associations sans but lucratif, les associations internationales sans but lucratif et les fondations prescrit la publicité par le dépôt à la Banque Nationale de Belgique, sont établis conformément aux dispositions de la partie I, livre premier, du présent arrêté.

 

Leurs montants sont exprimés en euros, sans décimales.

 

Les montants des comptes annuels visés à l’article 27, 1° peuvent cependant être exprimés en euros, soit sans décimales, soit avec deux décimales, en vue de leur dépôt sous la forme d’un fichier structuré conformément à l’article 28, § 1er. ».

 

Néanmoins, l’article 53, § 3 de la loi du 27 juin 1921 assujettit à la loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises les grandes et les très grandes les associations internationales sans but lucratif (AISBL[1]).

 

C’est l’ensemble de la loi du 17 juillet 1975 qui s’applique aux grandes et très grandes AISBL. Or l’article 14 de cette loi prévoit : « Le Ministre des Affaires Economiques ou son délégué peut autoriser, dans des cas spéciaux et moyennant l'avis motivé de la Commission prévue à l'article 13, des dérogations aux règles arrêtées en vertu de l'article 4, alinéa 6, de l'article 9, § 2, des articles 10 et 11. Ce pouvoir est exercé dans les mêmes formes par le Ministre des Classes Moyennes ou son délégué en ce qui concerne les sociétés et autres entreprises qui peuvent être déclarées petites au sens où ce terme est entendu dans le Code des sociétés. La Commission est informée de la décision du Ministre ou son délégué ».

 

Etant donné que la loi prime sur l’arrêté royal et que l’article 10 de la loi du 17 juillet 1975 concerne les comptes annuels, l’ICCI estime qu’une demande de dérogation peut être faite. Il faudra justifier que l’USD est la monnaie fonctionnelle pour cette AISBL. Bien entendu, l’ICCI ne peut pas garantir l’issue de cette éventuelle démarche.



[1] Art 53 § 3. Toutefois, les associations internationales sans but lucratif tiennent leur comptabilité et établissent leurs comptes annuels conformément aux dispositions de la loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises lorsqu’elles atteignent à la clôture de l’exercice, les chiffres ci-dessous fixés pour au moins deux des trois seuils suivants :

1° 5 travailleurs en moyenne annuelle exprimés en équivalents temps plein, [dont les données ont été communiquées par l’employeur conformément à l’arrêté royal du 5 novembre 2002 instaurant une déclaration immédiate de l’emploi, en application de l’article 38 de la loi du 26 juillet 1996 portant modernisation de la sécurité sociale et assurant la viabilité des régimes légaux des pensions, ou, pour les travailleurs exclus du champ d’application de l’arrêté royal précité, qui sont] inscrits au registre du personnel tenu conformément à l’arrêté royal n° 5 du 23 octobre 1978 relatif à la tenue des documents sociaux;

2° 250.000 EUR pour le total des recettes autres qu’exceptionnelles, hors taxe sur la valeur ajoutée;

3° 1.000.000 EUR pour le total du bilan.

Le Roi adapte les obligations qui résultent, pour ces associations internationales sans but lucratif, des dispositions de la loi précitée du 17 juillet 1975, à ce que requièrent la nature particulière de leurs activités et leur statut légal. Les montants susmentionnés peuvent être adaptés par le Roi à l’évolution de l’indice des prix à la consommation.

______________________________

Disclaimer : Bien que le Centre d’Information du Révisorat d’Entreprises (ICCI) s’entoure des compétences voulues et traite les questions reçues avec toute la rigueur possible, il ne donne aucune garantie quant aux réponses qu’il formule et n’assume aucune responsabilité, ni contractuelle, ni extra-contractuelle, pour l’éventuel dommage qui pourrait résulter d’erreurs de fait ou de droit commises dans le cadre des réponses et informations données. La réponse est uniquement reprise dans la langue de l’auteur de la question. Le lecteur, et en général l’utilisateur d’une réponse, reste seul responsable de l’usage qu’il en fait.