19 février 2016

Est-ce que l’ICCI peut donner un avis sur la problématique mentionnée ci-dessous ?

 

La société souhaite augmenter son capital par apport d'un créance provenant d'un fonds de reconversion « Fonds X ».

Cette augmentation de capital sera réalisée sans émission d'actions nouvelle.

Ceci correspond à l'application d'un article de la convention de prêt qui prévoit que « Les sommes non appelées ... pourront, sur proposition du conseil d’administration de Y, être consolidées au capital de Y et ce sans création d'actions nouvelles ».


 

Tout d’abord, l’ICCI n’est pas habilitée à se substituer à votre jugement professionnel dans le cas porté à sa connaissance, compte tenu notamment du peu d’informations concrètes dont la Fondation dispose. Par conséquent, l’ICCI se limitera à renvoyer au point 4 (« Conclusions relatives à un apport en nature ») des Normes relatives au contrôle des apports en nature et des quasi-apports [1]. L’ICCI ajoutera toutefois qu’en toutes circonstances, le réviseur doit émettre son opinion en toute indépendance, notamment sans être lié par l’opinion ou les conventions des parties. Ces dernières restent, quant à elles, libres et responsables de leur décision.

 

L’ICCI renvoie également, en ce qui concerne plus particulièrement l’évaluation d’une créance à l’encontre d’une société, au point 1.1. des Etudes IRE 2006, Apport en nature et quasi-apport – Cas pratiques (Bruges, éd. La Charte, 2006, p. 29 e.s.).

 

En ce qui concerne l’émission (ou l’absence d’émission) d’actions dans le cadre d’une augmentation de capital, conformément à l’article 602 pour les sociétés anonymes [2], le législateur semble avoir mis un dispositif visant à permettre l’identification de l’apport ainsi que son individualisation. Cette individualisation de l’apport se concrétise précisément par l’émission de nouvelles actions, à défaut desquelles un tel apport pourrait être constitutif d’un enrichissement sans cause au profit de la société concernée [3].

 

Par conséquent, l’ICCI est d’avis qu’une augmentation de capital par apport de créance mais sans émission d’actions nouvelles va à l’encontre de la volonté du législateur, et renvoyons à la position adoptée par l’Institut des Réviseurs d’Entreprises dans son avis 2013/01 du 28 janvier 2013 concernant l’augmentation de capital par apport en nature et l’émission de nouvelles actions ou parts [4] :

 

« Le Conseil de l’Institut estime que de nouvelles actions ou parts doivent être émises lorsqu’une société à responsabilité limitée augmente son capital au moyen d’un apport en nature. ».


[1] Disponible sur www.ibr-ire.be, sous la rubrique « Réglementation – Normes et recommandations ».

[2] Pour plus d’informations sur l’article 602 C. Soc., nous renvoyons au commentaire de P. Hainaut-Hamende (in Commentaire systématique du Code des sociétés, Waterloo, Kluwer, 2013, 12 p.).

[3] Cf. R. De Corte, B. De Groote, Overzicht van het burgerlijk recht (zesde editie), Malines, Kluwer, 2005, p. 567.

[4] Disponible sur www.ibr-ire.be, sous la rubrique « Réglementation – Doctrine – Avis ».

______________________________

Disclaimer : Bien que le Centre d’Information du Révisorat d’Entreprises (ICCI) s’entoure des compétences voulues et traite les questions reçues avec toute la rigueur possible, il ne donne aucune garantie quant aux réponses qu’il formule et n’assume aucune responsabilité, ni contractuelle, ni extra-contractuelle, pour l’éventuel dommage qui pourrait résulter d’erreurs de fait ou de droit commises dans le cadre des réponses et informations données. La réponse est uniquement reprise dans la langue de l’auteur de la question. Le lecteur, et en général l’utilisateur d’une réponse, reste seul responsable de l’usage qu’il en fait.